Panier
0  article

Que Choisir Santé N° 91 - février 2015

à noter

Seuls les abonnés à nos magazines peuvent les feuilleter en ligne.
Vous êtes abonné et vous n’avez pas d’identifiant ?

cliquez ici
Seuls les abonnés à ce magazine peuvent le feuilleter en ligne.
Si vous êtes abonné et que vous n’avez pas d’identifiant, cliquez ici
.

Sommaire

  • p. 1

    Dossier santé  Potentiellement dangereuses pour les personnes âgées

    Que Choisir Santé a passé au crible 347 ordonnances de plus de 5 lignes concernant des personnes de plus de 75 ans, reçues de lecteurs, adhérents etc. L'analyse s'est basée sur le seul critère lié à l'âge et s'est appuyée sur la liste établie par le Dr Laroche des médicaments potentiellement inappropriés (MPI) chez les personnes âgées. Les résultats indiquent notamment qu’en moyenne près de 9 médicaments différents sont prescrits par jour et par personne et que 4 ordonnances sur 10 contiennent au moins un médicament inapproprié chez un senior. 3 classes de médicaments sont particulièrement visées, les somnifères et tranquillisants, les médicaments dits atropiniques et les vasodilatateurs. Que Choisir Santé s'attache à expliquer ce qu'est un MPI, et en quoi le vieillissement augmente le risque d'effets indésirables. Enfin, devant une longue ordonnance, avance quelques questions à avoir en tête ou à poser pour éviter ces prescriptions inadéquates.

  • p. 2

    Editorial  La chasse nécessaire aux prescriptions douteuses

    Alors que notre enquête portant sur 347 ordonnances de plus de cinq lignes des plus de 75 ans montre que 4 ordonnances sur 10 comprennent un médicament inapproprié sur des critères uniquement liés à l'âge, une étude anglaise, s'est intéressée quant à elle, à la prescription d'antipsychotiques et l'a comparée avec une base de données officielle enregistrant les diagnostics, symptômes et ordonnances. Là encore, les traitements se sont avérés inappropriés dans une proportion variant entre un tiers et plus des deux tiers selon l'antipsychotique prescrit.

  • p. 2

    Actualité  Elle attaque plus souvent la nuit

    Une nouvelle étude publiée dans la revue Arthritis & Rheumatology souligne que les accès de goutte sont plus fréquents la nuit. Pour ce faire, les chercheurs ont suivi pendant près d'un an via Internet 724 patients, ils devaient notamment noter les signes, les médicaments pris et préciser la date et l'heure de survenue de leurs crises. L'analyse a montré que le risque de crises de goutte était 2,36 fois plus élevé pendant la nuit qu'en journée. Ces données ont conduit les auteurs à s'interroger sur les mécanismes sous-jacents à cette augmentation et à recommander d'administrer des médicaments au bon moment pour plus d'efficacité.

  • p. 2

    Actualité  Nouveau médicament douteux

    L'Agence européenne du médicament vient de donner son feu vert à la commercialisation du médicament anti-obésité Mysimba. Pourtant, ce coupe-faim a le même mécanisme d'action que le Mediator ou le Sibutral, dont la dangerosité cardio-vasculaire démontrée a conduit à leur retrait. La revue indépendante Prescrire dénonce cette inacceptable décision et exhorte la Commission européenne à ne pas suivre cet avis.

  • p. 3

    Actualité  Réexamen des dossiers en vue

    Quoique retoquée par le Conseil constitutionnel, la mesure déposée pour réexaminer certaines demandes d'indemnisation au titre du Mediator par l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam) devrait être revotée cette année. A l’origine, une étude parue en octobre 2014 dans la revue Cardinale, qui a clairement montré que les valvulopathies que l'on pensait d'origine rhumatismale avaient bien une origine médicamenteuse. En l'occurrence, les coupe-faim comme le Mediator pouvaient être responsables des valvulopathies. Le collège d'experts de l'Oniam a donc eu en mains des résultats erronés.

  • p. 3

    Article papier  Evitez la diacéréine

    La diacéréine, médicament contre l'arthrose, a été réévalué par les autorités européennes suite à la notification d'effets indésirables nombreux. Désormais, ce médicament commercialisé sous le nom d'Art 50, de Zondar ou d'autres marques génériques, ne doit plus être donné aux plus de 65 ans et son utilisation nécessite avant et pendant le traitement de nombreuses recommandations. La revue Prescrire préconise d'en suspendre complètement l'utilisation.

  • p. 3

    Actualité  Une association à risque ?

    Une étude du British medical journal a montré que chez les patients âgés traités pour une hypertension artérielle avec un IEC ou des sartans, la prise concomitante d'un antibiotique de type Bactrim (triméthoprime et sulfaméthoxazole) était associée à un sur-risque de mort subite. Ce sur-risque est apparu plus élevé avec le Bactrim qu'avec l'amoxicilline et n'existe pas avec les autres antibiotiques. Il semblerait que l'hyperkaliémie sévère (augmentation du taux de potassium dans le sang), potentiellement mortel, soit induit par la coprescription de médicaments.

  • p. 8

    Histoire de Santé  "Mes peurs se sont envolées grâce à la thérapie EMDR"

    Pendant près de 20 ans, Christiane traine un profond mal de vivre ; sa détresse la conduit à être hospitalisée au moment de sa seconde grossesse ; puis après la naissance de sa fille, à consulter plusieurs psychothérapeutes et essayer diverses thérapies, mais l'angoisse et les douleurs ne disparaissent pas. Elle décide alors de tenter la thérapie EMDR qu'elle a découverte par hasard, après la lecture de "Guérir le stress, l'anxiété et la dépression sans médicament ni psychanalyse" de David Servan- Schreiber. Peu de séances suffisent à l'aider à se sentir mieux... L'EMDR pour "désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires" en français est une thérapie utilisée pour se libérer d'un stress post-traumatique. Le protocole est précis. Il s'agit de réactiver brièvement le souvenir traumatique passé par une série de mouvements oculaires pour l'accepter.

  • p. 10

    Décryptage  Le secret médical est-il menacé ?

    Le Dr Jean-Jacques Tanquerel, ex-responsable du département d'information médicale (DIM) de l'hôpital de Saint-Malo a dénoncé, avant d'être licencié, l'accès à des données de patients couvertes par le secret médical par des entreprises privées de sous-traitance. De plus en plus d'hôpitaux font, en effet, appel à des sociétés privées pour coder et recoder tous les actes médicaux réalisés lors d'une hospitalisation ; ces opérations de recodage permettant in fine à l'hôpital d'être remboursé par la Sécurité sociale. Or, cet accès à des données confidentielles de patients soulève plusieurs interrogations liées notamment au respect du secret médical d'une part, et à un recodage rémunéré au pourcentage d'autre part, susceptible de donner lieu à de possibles dérives. Explications.

  • p. 11

    Mieux se connaître  La prévention

    Les personnes à risque de diabète de type 2 peuvent retarder l'apparition de ce diabète en misant sur de bonnes habitudes alimentaires et en pratiquant une activité physique. Que Choisir Santé explique le rôle et l'importance du processus de résistance à l'insuline puis du maintien du poids. Les mesures préventives sont ensuite détaillées : intérêts de l'exercice et recommandations sur la pratique, bénéfices de certains aliments mais aussi 'éviction conseillée d'autres aliments.

  • p. 13

    Médicament  Les doigts blancs

    Bêtabloquants, interférons et d’autres classes de médicaments peuvent entraîner un phénomène de Raynaud caractérisé par une mauvaise circulation des extrémités (doigts bleus puis rouges) lors d’épisodes de froid. De même, des médicaments parfois proposés pour le traiter, peuvent favoriser sa survenue. Que Choisir Santé présente les principaux médicaments déclencheurs.

  • p. 16

    Gros plan  Préserver au mieux les vitamines

    La cuisson des aliments entraîne inévitablement une perte en vitamines. Afin de la limiter, il convient de choisir le procédé le plus adapté mais dans la pratique cela ne s’avère pas toujours simple comme nous le montre ce « gros plan sur… » qui prend l’exemple de 3 légumes, le brocoli, les pommes de terre, et les carottes et qui, de fait, compare la meilleure cuisson possible (à l’eau, à la vapeur, au micro-ondes, à l’autocuiseur) pour préserver les vitamines.

Une question, un doute ? Contactez notre service client du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00 :
  • Adresse postale : Que Choisir / Service client - 4 rue de Mouchy - 60438 Noailles Cedex - France
  • Téléphone : 01 55 56 71 17 (Numéro non surtaxé, tarification selon l’opérateur téléphonique)
  • Fax : 01 55 56 70 91 (Numéro non surtaxé, tarification selon l’opérateur téléphonique)
  • Courriel : serviceclient@quechoisir.org ( Frais d’accès à Internet à la charge du client )
Découvrez également nos offres d’abonnement au site QueChoisir.org ! Abonnement Que Choisir
CONNEXION

Erreur

Comment retrouver votre numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné se trouve sur le film transparent d’expédition de votre mensuel et dans nos courriers.

film transparent d’expédition de votre mensuel
Je n’ai pas de compte, je souhaite m’abonner.