La boutique

Vous souhaitez feuilleter ce numéro ?

Seuls les abonné(e)s à nos magazines peuvent feuilleter les magazines en ligne. Si vous êtes abonné(e) et que vous n’avez pas d’identifiant, créez un compte.

Couverture Que Choisir Santé - 195

Que Choisir Santé N°195 juillet/août 2024

4,20 €
prix de vente au numéro hors frais de livraison

Choisissez votre formule

 * (1,50 € pour 1 magazine, 2 € pour 2 magazines et plus)

Votre article a été ajouté au panier

Voir mon panier 
Sommaire
  • p.2

    Charlatans en blouse blanche

    L’interdiction de vente du dispositif transdermique ImuPatch de la société Sodeval a été prononcée. Le Pr Jean-Bernard Fourtillan, déjà connu pour des essais cliniques sauvages, promouvait ces patchs sur les réseaux sociaux et par l’envoi de mails massifs de souscription. Il les présentait comme des « solutions thérapeutiques avancées » contre les maladies neurodégénératives, comme la maladie d’Alzheimer.

  • p.2

    Souvent, surveiller suffit

    Lorsque le cancer de la prostate est de stade 1, à faible risque évolutif, il convient de ne pas traiter mais de surveiller « activement », comme le montrent les résultats d’une étude canadienne ayant suivi plus de 2 000 hommes pendant 10 ans. Cette stratégie s’avère, en effet, efficace et permet d’éviter les effets secondaires du traitement.

  • p.2

    Pas toujours bénéfique pour le patient

    Les participants des essais cliniques contre le cancer n’en retirent pas toujours des bénéfices individuels, d’après une récente étude publiée. Ils sont, en effet, davantage en meilleure santé que les patients souffrant de cancers et viennent de groupes socio-économiques favorisés. Leur participation permet, néanmoins, de faire progresser la science.

  • p.3

    Encore moins d'antibiotiques

    Le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) s’interroge sur la pertinence du maintien de la recommandation sur l’angine bactérienne. Il était conseillé de toujours prendre des antibiotiques dans ce cas pour limiter la contagiosité et éviter les complications locales. Mais les études ne montrent pas de bénéfices supérieurs aux risques d’effets indésirables. Le Collège invite donc à ne traiter que par antalgiques (sans faire de test de diagnostic rapide) lorsque la douleur est supportable, sans risque de forme grave et que l’entourage du patient n’est pas à risque de forme grave en cas de contamination, comme le font nos voisins belges.

  • p.3

    Attention, tique géante

    La tique «géante » Hyalomma marginatum, porteuse du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC), progresse sur le pourtour méditerranéen français. Le virus provoque un syndrome grippal et dans ses formes graves, des hémorragies et des défaillances d’organes. Il est conseillé de bien se protéger lors des sorties en nature.

  • p.3

    Un orang-outan avisé

    Pour la première fois, un orang-outan a été observé appliquant sur sa plaie de la Fibraurea tinctoria, une plante médicinale connue pour ses propriétés antidouleurs et antiseptiques, pour soigner sa blessure au visage. Ce comportement ressemble fort à de l’automédication.

  • p.4

    L'origine de nos maladies

    La médecine évolutionniste ou darwinienne s’intéresse à l’origine des maladies pour mieux les combattre. Elle cherche à comprendre les liens entre l’évolution de notre espèce et l’adaptation à notre environnement (sélection naturelle ou théorie de l’évolution de Darwin), en replaçant les maladies dans ce contexte évolutif. Ainsi, la fièvre est un mécanisme de défense qui a été sélectionné pour lutter contre les maladies. Ce dossier explore cette science médicale à partir de quelques exemples : la ménopause, le diabète de type 2, les troubles psychiques, etc. L’approche darwinienne, relativement récente, permet, en outre, de confirmer certaines prises en charge actuelles des maladies.

  • p.8

    Le meilleur de l'acupuncture

    L’acupuncture, médecine traditionnelle chinoise, consiste à insérer de fines aiguilles dans des endroits précis du corps afin de restaurer la circulation de son énergie vitale (le qi) et ainsi retrouver son équilibre. Considérée comme un acte médical sûr, elle est réservée aux médecins, sages-femmes et chirurgiens-dentistes. Si ses indications thérapeutiques sont étendues, sa pratique n’a été scientifiquement validée à ce jour que dans quelques indications. Détails.

  • p.9

    Quels sont ses bénéfices ?

    Actif star, l’acide hyaluronique est une molécule naturellement produite par notre corps que l’on retrouve dans la peau, les cartilages, le liquide synovial (qui baigne les articulations). Il protège et repulpe la peau. À ce titre, il est utilisé en injections dans les articulations et popularisé dans les soins antirides en médecine esthétique. Il est aussi ingéré via un nombre croissant de compléments alimentaires. Pour quelle efficacité ? Que Choisir fait le point à partir des études d’efficacité démontrées, des effets secondaires notifiés et de la nouvelle réglementation.

  • p.10

    De lourdes répercussions

    La Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Civiise) a révélé les conséquences graves et durables des abus subis dans l’enfance sur la vie intime et sociale mais aussi sur la santé physique et psychique des victimes. Ainsi, 90% d’entre elles développent des troubles associés au psycho-traumatisme ou trouble de stress post-traumatique. Ces souffrances sont à l’origine de nombreux maux, parfois, des années plus tard (douleurs chroniques, dysfonctionnement immunitaire, problèmes gynécologiques, etc.), comme l’atteste Arnaud Gallais, dans son témoignage. Leur prise en charge, nécessaire, passe par des soins spécialisés.

  • p.12

    Trois étapes pour lutter contre les piqûres

    Difficile d’échapper aux moustiques cet été tant l’implantation du moustique tigre progresse sur le territoire. Pour éviter les piqûres, 3 règles s’imposent : éliminer les foyers de multiplication, privilégier les bons répulsifs (bannir les fausses solutions), et enfin, compléter avec les insecticides. L’article explique en outre ce qu’il faut faire une fois que l’on a été piqué.

  • p.16

    Par ici les bonnes conserves !

    Faire ses conserves maison nécessite de respecter certaines précautions afin de limiter les risques de développement de bactéries. L’ingestion d’aliments contaminés par Clostridium botulinum peut, en effet, s’avérer mortelle. Ce « Focus » donne les bonnes pratiques pour faire ses conserves, de la préparation à la stérilisation.

Voir le sommaire complet

Les plus du magazine

  • Une information fiable et indépendante sur votre santé
  • Une expertise de praticiens reconnus : médecins, chercheurs, pharmacologue
  • Un décryptage objectif des maux courants qui nous empoisonnent la vie (douleurs musculaires, migraines…) et des sujets d’actualité
  • Une fiche médicaments pour éviter les effets secondaires et les interactions fâcheuses

Choisissez votre formule

 * (1,50 € pour 1 magazine, 2 € pour 2 magazines et plus)

Votre article a été ajouté au panier

Voir mon panier 
Sommaire
  • p.2

    Charlatans en blouse blanche

    L’interdiction de vente du dispositif transdermique ImuPatch de la société Sodeval a été prononcée. Le Pr Jean-Bernard Fourtillan, déjà connu pour des essais cliniques sauvages, promouvait ces patchs sur les réseaux sociaux et par l’envoi de mails massifs de souscription. Il les présentait comme des « solutions thérapeutiques avancées » contre les maladies neurodégénératives, comme la maladie d’Alzheimer.

  • p.2

    Souvent, surveiller suffit

    Lorsque le cancer de la prostate est de stade 1, à faible risque évolutif, il convient de ne pas traiter mais de surveiller « activement », comme le montrent les résultats d’une étude canadienne ayant suivi plus de 2 000 hommes pendant 10 ans. Cette stratégie s’avère, en effet, efficace et permet d’éviter les effets secondaires du traitement.

  • p.2

    Pas toujours bénéfique pour le patient

    Les participants des essais cliniques contre le cancer n’en retirent pas toujours des bénéfices individuels, d’après une récente étude publiée. Ils sont, en effet, davantage en meilleure santé que les patients souffrant de cancers et viennent de groupes socio-économiques favorisés. Leur participation permet, néanmoins, de faire progresser la science.

  • p.3

    Encore moins d'antibiotiques

    Le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) s’interroge sur la pertinence du maintien de la recommandation sur l’angine bactérienne. Il était conseillé de toujours prendre des antibiotiques dans ce cas pour limiter la contagiosité et éviter les complications locales. Mais les études ne montrent pas de bénéfices supérieurs aux risques d’effets indésirables. Le Collège invite donc à ne traiter que par antalgiques (sans faire de test de diagnostic rapide) lorsque la douleur est supportable, sans risque de forme grave et que l’entourage du patient n’est pas à risque de forme grave en cas de contamination, comme le font nos voisins belges.

  • p.3

    Attention, tique géante

    La tique «géante » Hyalomma marginatum, porteuse du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC), progresse sur le pourtour méditerranéen français. Le virus provoque un syndrome grippal et dans ses formes graves, des hémorragies et des défaillances d’organes. Il est conseillé de bien se protéger lors des sorties en nature.

  • p.3

    Un orang-outan avisé

    Pour la première fois, un orang-outan a été observé appliquant sur sa plaie de la Fibraurea tinctoria, une plante médicinale connue pour ses propriétés antidouleurs et antiseptiques, pour soigner sa blessure au visage. Ce comportement ressemble fort à de l’automédication.

  • p.4

    L'origine de nos maladies

    La médecine évolutionniste ou darwinienne s’intéresse à l’origine des maladies pour mieux les combattre. Elle cherche à comprendre les liens entre l’évolution de notre espèce et l’adaptation à notre environnement (sélection naturelle ou théorie de l’évolution de Darwin), en replaçant les maladies dans ce contexte évolutif. Ainsi, la fièvre est un mécanisme de défense qui a été sélectionné pour lutter contre les maladies. Ce dossier explore cette science médicale à partir de quelques exemples : la ménopause, le diabète de type 2, les troubles psychiques, etc. L’approche darwinienne, relativement récente, permet, en outre, de confirmer certaines prises en charge actuelles des maladies.

  • p.8

    Le meilleur de l'acupuncture

    L’acupuncture, médecine traditionnelle chinoise, consiste à insérer de fines aiguilles dans des endroits précis du corps afin de restaurer la circulation de son énergie vitale (le qi) et ainsi retrouver son équilibre. Considérée comme un acte médical sûr, elle est réservée aux médecins, sages-femmes et chirurgiens-dentistes. Si ses indications thérapeutiques sont étendues, sa pratique n’a été scientifiquement validée à ce jour que dans quelques indications. Détails.

  • p.9

    Quels sont ses bénéfices ?

    Actif star, l’acide hyaluronique est une molécule naturellement produite par notre corps que l’on retrouve dans la peau, les cartilages, le liquide synovial (qui baigne les articulations). Il protège et repulpe la peau. À ce titre, il est utilisé en injections dans les articulations et popularisé dans les soins antirides en médecine esthétique. Il est aussi ingéré via un nombre croissant de compléments alimentaires. Pour quelle efficacité ? Que Choisir fait le point à partir des études d’efficacité démontrées, des effets secondaires notifiés et de la nouvelle réglementation.

  • p.10

    De lourdes répercussions

    La Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Civiise) a révélé les conséquences graves et durables des abus subis dans l’enfance sur la vie intime et sociale mais aussi sur la santé physique et psychique des victimes. Ainsi, 90% d’entre elles développent des troubles associés au psycho-traumatisme ou trouble de stress post-traumatique. Ces souffrances sont à l’origine de nombreux maux, parfois, des années plus tard (douleurs chroniques, dysfonctionnement immunitaire, problèmes gynécologiques, etc.), comme l’atteste Arnaud Gallais, dans son témoignage. Leur prise en charge, nécessaire, passe par des soins spécialisés.

  • p.12

    Trois étapes pour lutter contre les piqûres

    Difficile d’échapper aux moustiques cet été tant l’implantation du moustique tigre progresse sur le territoire. Pour éviter les piqûres, 3 règles s’imposent : éliminer les foyers de multiplication, privilégier les bons répulsifs (bannir les fausses solutions), et enfin, compléter avec les insecticides. L’article explique en outre ce qu’il faut faire une fois que l’on a été piqué.

  • p.16

    Par ici les bonnes conserves !

    Faire ses conserves maison nécessite de respecter certaines précautions afin de limiter les risques de développement de bactéries. L’ingestion d’aliments contaminés par Clostridium botulinum peut, en effet, s’avérer mortelle. Ce « Focus » donne les bonnes pratiques pour faire ses conserves, de la préparation à la stérilisation.

Voir le sommaire complet

Les plus du magazine

  • Une information fiable et indépendante sur votre santé
  • Une expertise de praticiens reconnus : médecins, chercheurs, pharmacologue
  • Un décryptage objectif des maux courants qui nous empoisonnent la vie (douleurs musculaires, migraines…) et des sujets d’actualité
  • Une fiche médicaments pour éviter les effets secondaires et les interactions fâcheuses

Nos derniers numéros Que Choisir Santé

Questions fréquentes

Quels magazines et livres puis-je commander en ligne ?

Vous pouvez commander tous les magazines Que Choisir (Que Choisir Mensuels, Que Choisir Argent, Que Choisir Pratique, Que Choisir Santé) soit en format papier soit en format numérique (PDF), ainsi que tous les livres en format papier.

Votre commande n’est pas limitée en nombre. En revanche selon le nombre d’articles commandés, le prix de la participation aux frais de port variera.

Vous pouvez commander à la fois des magazines en format papier et format numérique.

Comment consulter et/ou télécharger mon magazine en format numérique ?

Vous pouvez accéder à votre magazine en version numérique soit en vous identifiant sur la page https://kiosque.quechoisir.org soit via « Mon Compte » dans la rubrique « vos commandes ».

Comment consulter et/ou télécharger les archives numériques

Vous pouvez consulter tous les magazines de la formule à laquelle vous êtes abonné.
Par exemple, si vous avez souscrit à la formule « Mensuels + Hors-série Argent » vous ne pourrez accéder en version numérique qu’aux Que Choisir Mensuels et Que Choisir Argent. Vous disposez d’un minimum de 3 années d’archives numériques.

La consultation des archives n’est pas limitée dans le temps durant la durée de votre abonnement aux revues « papier » de Que Choisir. Vous disposez d’un minimum de 3 années d’archives qui s’incrémentent ensuite au fur et à mesure de votre abonnement.
Une fois votre abonnement terminé vous ne pourrez plus accéder ni télécharger les archives, sauf à passer commande et à régler celle-ci.

Le nombre de téléchargement n’est pas limité tant que votre abonnement aux revues Que Choisir et/ou Que Choisir Santé est en cours.

Quelle est la différence entre la « liseuse en ligne » et le téléchargement PDF de la revue ?

La liseuse en ligne vous permet de consulter sur votre écran d’ordinateur votre magazine en mode feuilletage comme vous le feriez chez vous. La liseuse vous permet également de sélectionner et d’imprimer la partie d’un article qui vous intéresse. Vous pourrez également zoomer le contenu. La liseuse n’est disponible que via le https://kiosque.quechoisir.org et si vous êtes connecté(e) à Internet avec, préférablement, du haut débit.

Le téléchargement en version PDF vous permet de conserver sur votre ordinateur l’intégralité du contenu du magazine choisi. Ainsi, même sans accès internet vous pourrez consulter votre journal. Le téléchargement concerne l’ensemble d’un numéro.

Besoin d’aide ?

J’ai une question, comment contacter le service client ?
Retrouvez tous les contacts utiles sur notre page Contactez-nous

Nous contacter
Téléconseillère souriante