Panier
0  article

Que Choisir Mensuel N° 553 - décembre 2016

à noter

Seuls les abonnés à nos magazines peuvent les feuilleter en ligne.
Vous êtes abonné et vous n’avez pas d’identifiant ?

cliquez ici
Seuls les abonnés à ce magazine peuvent le feuilleter en ligne.
Si vous êtes abonné et que vous n’avez pas d’identifiant, cliquez ici
.

Sommaire

  • p. 4

    Editorial  Très chers banquiers

  • p. 13

    Editorial  Stop à la gabegie

  • p. 16

    Enquête  Les vraies et les fausses

    À l’origine, la marque d’un produit n’était autre que le nom du fondateur de l’entreprise familiale : c’est le cas de Cartier, Liebig, De Dietrich et bien d’autres encore. Dans l’esprit des consommateurs, la marque patronymique d’un produit est synonyme de qualité et d’authenticité. Les pâtés Hénaff ou les pneus Michelin, par exemple, renvoient l’image d’un savoir-faire reconnu. Mais de fausses marques patronymiques ont vu le jour, car leurs dirigeants ont compris l’attractivité du nom pour les consommateurs et les enjeux marketing. À ce titre, les marques Justin Bridou (propriété d’un groupe mexicain), Jeff de Bruges (dont le créateur est français) ou encore Baron de Lestac, créées de toutes pièces, donnent l’illusion d’une identité forte. Le rachat ou la fusion des marques traditionnelles avec des grands groupes industriels ont donné lieu à de nombreux détournements où la fabrication des produits n’a plus grand-chose à voir avec celle d’origine. Ainsi, le camembert Lepetit, racheté par Lactalis, n’est plus à base de lait cru ni moulé à la louche. Cet article fourmille d’exemples dénonçant des dérives de toutes sortes et des pratiques de nature à induire le consommateur en erreur.

  • p. 20

    Enquête  Le made in France est rare

    C’est au moment des fêtes de fin d’année que les achats de viande de gibier sont au plus haut. La France est le premier pays européen en nombre de chasseurs et le troisième en surface de chasse. Pourtant, seuls 30 % du gibier consommé viennent de France. Pourquoi ce paradoxe ? S’explique-t-il par un différentiel de prix ? L’enquête part sur les terres des chasseurs, à la découverte du petit et du gros gibier français (faisans, perdrix, cerfs, chevreuils, sangliers, etc.), abondant et pluriel, sauvage et d’élevage, sensible semble-t-il aux dérèglements climatiques. La chasse est une activité réglementée. Et, certes, la venaison française est réputée de bonne qualité, valorisée par le label « Gibier de chasse, chasseurs de France ». Toutefois, malgré ces bons points, sa commercialisation s’avère limitée, freinée par des pratiques anciennes, régionales ou culturelles, et des infrastructures souvent peu adéquates.

  • p. 22

    Enquête  Quelles garanties offrent les bio ?

    Sans être un acteur majeur du marché des cosmétiques, la cosmétique bio continue sa percée avec une progression de 7 % par an. Un cosmétique bio contient des ingrédients d’origine naturelle et des ingrédients bio dans des proportions différentes selon le cahier des charges, mais la quasi-totalité des substances indésirables issues de la pétrochimie sont bannies. Certaines substances irritantes, l’alcool ou des huiles essentielles aux effets allergisants, sont cependant admises. Le processus de fabrication et les ingrédients contribuent au respect de l’environnement. En revanche, la réglementation est succincte, seuls la liste des ingrédients et leur pourcentage sont imposés pour l’étiquetage. En l’absence d’un label unique encadré par les pouvoirs publics, « Que Choisir » recommande de se fier aux cinq certifications bio existantes dont trois fusionneront sous l’appellation « Cosmos » à partir de janvier 2017. Les études scientifiques prouvant l’efficacité des cosmétiques bio font défaut, les tests de « Que Choisir » n’ont pas démontré leur supériorité par rapport aux cosmétiques conventionnels. Après avoir rappelé la différence entre un cosmétique naturel et un cosmétique bio, « Que Choisir » démêle le vrai du faux.

  • p. 26

    Enquête  La location n'est pas forcément intéressante

    Les derniers modèles de smartphones sont loin d’être à la portée de toutes les bourses. La location longue durée (LLD) et la location avec option d’achat (LOA) offrent l’opportunité de bénéficier d’un de ces somptueux téléphones en payant un loyer chaque mois. « Que Choisir » a comparé le coût total de la location longue durée d’un Samsung Galaxy S7 entre deux opérateurs de téléphonie (Free Mobile, SFR), un fabricant de téléphone (Samsung) et une enseigne de distribution (Boulanger). Chaque offre a ses spécificités, et le coût dépasse souvent le prix d’achat d’un téléphone.

  • p. 28

    Test de produits  Dix modèles au top

    Remplaçant progressivement les chaînes Hi-Fi, les enceintes sans fil, Wi-Fi ou Bluetooth, communiquent avec les smartphones, ordinateurs ou tablettes. « Que Choisir » a évalué des modèles Wi-Fi de marques telles que Samsung, Sony, JBL, Bose, Cambridge Denon ou Cabasse, et présente les 10 meilleures, testées selon la qualité du son (mesure de bande passante, taux de distorsion et jury d’écoute), la facilité d’emploi en condition de stockage de musique et de streaming avec Deezer et Spotify, la consommation et la compatibilité avec les formats de fichiers audio et d’autres services de streaming. Un meilleur choix est présenté et un focus éclaire les véritables qualités de l’enceinte Devialet Phantom, qui communique sur son esthétique et auprès d’Apple, mais dont le prix n’est pas justifié au regard des très bons résultats d’autres produits plus abordables…

  • p. 30

    Test de produits  Enceintes Bluetooth

    « Que Choisir » a testé 16 enceintes sans fil Bluetooth permettant d’écouter radio et musique à partir d’un smartphone ou d’une tablette. Les produits étaient de marques telles que Bose, Marshall, Sony, JBL, Brave, Denon ou Ultimate, et les critères de sélection ont été la qualité sonore, la facilité d’emploi, l’autonomie et la portabilité. Deux « meilleurs choix » se distinguent et un produit a été élu « meilleur rapport qualité/prix ».

  • p. 31

    Test de produits  Le mini au prix maxi

    Encombrement minimal, évolution de stockage possible, fixation derrière un écran avec la norme Vesa (Video Electronics Standards Association) : voilà ce qu’offrent les mini-PC et spécifiquement les 7 modèles de marques telles que Lenovo, MSI, Acer, HP, Apple ou Asus testés par « Que Choisir ». Performances, qualité du son, facilité d’emploi, équipements, qualité de finition ont été les critères de sélection. Et si un « meilleur choix » s’est distingué, le prix de ces appareils (entre 600 et 800 €) fait réfléchir au regard des performances qu’un PC classique ou portable pourrait offrir….

  • p. 32

    Test de produits  Seront-ils de la fête cette année ?

    « Que Choisir » a testé 14 foies gras de canard (10 foies gras entiers mi-cuits et conserves et 4 foies gras en bloc). Les analyses ont porté sur le taux de graisse exsudée, le pourcentage de morceaux pour les blocs, la présence de conservateurs, la recherche de germes pathogènes… mais c’est la dégustation par des experts qui a été prépondérante dans la note globale. En toile de fond de ce test comparatif, une épizootie de grippe aviaire de grande ampleur, fin 2015, qui a touché essentiellement les grands producteurs du Sud-Ouest et entraîné une baisse de la production de foie gras cru estimée à 25 % pour 2016. Ce déficit sera en partie compensé par les foies gras qui étaient destinés à l’export. Au final, les foies gras sont dans l’ensemble de bons produits, mais les prix devraient subir une hausse.

  • p. 35

    Test de produits  À Bordeaux...et en Languedoc

    « Que Choisir » a souhaité évaluer la qualité des vins rouges provenant du Bordelais et de la région du Languedoc, tous issus du même cépage bordelais. Pour ce faire, un jury a dégusté une quarantaine de bouteilles et attribué une note selon la qualité du raisin, la vinification, l’élevage, la mise en bouteilles, le niveau du terroir, la complexité aromatique. Au-delà de 13/20, on considère qu’il s’agit d’un beau vin. Grâce au savoir-faire des viticulteurs, les vins de cépages bordelais plantés en Languedoc possèdent une qualité très correcte. « Que Choisir » a sélectionné 8 cuvées recommandées pour les fêtes de fin d’année.

  • p. 38

    Test de produits  La taille compte

    Parmi la pléthore de marques et de modèles de tablettes tactiles, certaines se distinguent, comme le confirme le test de « Que Choisir » portant sur 20 appareils signés Samsung, Lenovo, Sony, Apple, Huawei, Amazon, Acer ou Asus. Les critères de sélection ont été l’appareil lui-même et ses possibles connectiques, ses performances (processeur, partie graphique, navigateur, mémoire…), la qualité de l’écran, la facilité d’utilisation, le multimédia (MP3, appels avec Skype, appareil photo, fonction e-book, navigation Internet…) et l’autonomie. L’article présente un produit élu « meilleur choix », un modèle estampillé « bon choix » et enfin une tablette qualifiée de « meilleur rapport qualité/prix ». Un focus est destiné à deux tablettes pour seniors : la Facilotab de CDPI (un éditeur de logiciel de généalogie) et l’Ardoiz de La Poste.

  • p. 40

    Test de produits  La qualité a un coût

    « Que Choisir » a réalisé un test de 12 appareils photo reflex de marques telles que Canon, Nikon ou Pentax, avec des prix allant de 400 à 1 880 €, et de 20 appareils photo hybrides de marques telles que Panasonic, Sony, Olympus, Fujifilm ou Canon, tous avec des focales équivalentes à 24×36. Ils ont été évalués suivant leur qualité photo (distorsion, lumière, faible luminosité, flash…), en qualité de vidéo, en viseur/écran et en performances (temps de démarrage, délai de déclenchement…). Dans chaque catégorie, deux se sont distingués, l’un en « meilleur choix » et l’autre en « bon choix ». Un focus explique la différence de résultats de certains boîtiers testés avec des optiques non standards : en effet, les objectifs peuvent influer sur les tests de distorsion.

  • p. 44

    Test de produits  Le cinéma tient salon

    « Que Choisir » a testé 11 vidéoprojecteurs, 8 modèles classiques destinés aux grandes pièces (plus de 2 m de recul) et 3 « courte distance » ou « courte focale » pour les lieux plus exigus (moins de 1 m de recul). Un jury de vision a analysé l’image (photo, vidéo, films en 3D), les couleurs et le contraste tandis qu’en laboratoire étaient mesurés la luminosité, le bruit, la température maximale, la consommation électrique, etc. Parmi les choix retenus, 2 appareils classiques et 1 « courte distance » se distinguent. En parallèle, « Que Choisir » rappelle les critères à prendre en compte avant l’achat car, il faut l’avoir en tête, un vidéoprojecteur coûte cher (entre 579 et 999 € pour les modèles testés ici), tout comme ses pièces détachées, surtout la lampe. La durée de vie de cette dernière est importante.

  • p. 46

    Test de produits  Une amélioration, sans plus !

    Même si elles n’égalent pas les systèmes de « home cinéma » très onéreux, les barres de son satisferont les amateurs de films et de musique. Elles restituent un son de bonne qualité et leur installation se fait sans difficultés particulières. Elles doivent être placées devant le téléviseur ou sous l’écran d’un vidéoprojecteur, et peuvent aussi être utilisées avec un smartphone ou une tablette. « Que Choisir » a testé 15 modèles vendus à des prix très disparates (de 180 à 690 €), qui ont fait l’objet de mesures en laboratoire et d’une évaluation par un jury d’écoute : qualité audio, facilité d’emploi, sans oublier la consommation électrique. Les résultats dévoilent des différences significatives.

  • p. 48

    Enquête  Tout savoir pour un Noël réussi

    D’année en année, la part des achats de Noël faits sur Internet progresse. Mais ce succès a son revers : les réclamations et les plaintes se sont aussi multipliées. Comme l’an passé, et pour la quatrième fois depuis 2010, « Que Choisir » a sollicité ses lecteurs par questionnaire afin d’évaluer les principales plateformes de commerce en ligne. Plus de 7 200 avis ont été récoltés et 19 cybermarchands jugés parmi lesquels Amazon.fr, Vente-privée.fr, Darty.fr, Cdiscount.fr, etc. La satisfaction des lecteurs a, d’une part, été mesurée vis-à-vis de l’enseigne elle-même puis, d’autre part, des commandes effectuées, de l’achat à la livraison, jusqu’au service après-vente. Les prix, les produits, la sécurité du paiement, les délais de livraison, la gestion des retours ont été passés au crible. Globalement, les notes sont plutôt bonnes, voire meilleures que l’an passé, mais certains problèmes demeurent. En bas de classement, on trouve les mêmes bonnets d’âne. Par ailleurs, en complément, l’enquête fournit des conseils utiles et sept règles à respecter pour éviter les arnaques et s’assurer de la bonne réception des colis. Là encore, la vigilance est nécessaire mais, en cas de problème, les démarches et les recours possibles sont explicités.

  • p. 54

    Enquête  Les professionnels n'assurent pas

    Pour mieux comprendre comment obtenir une rénovation de qualité avec notamment le label Reconnu garant de l’environnement (RGE), « Que Choisir » a demandé à 10 propriétaires de maisons individuelles réparties sur tout le territoire (Aix-en-Provence, Montpellier, les Landes, Beauvais, Pontivy, Nancy, Bourges, Poitiers, Chartres, Fougères) de contacter au moins 5 professionnels qui devaient tous leur recommander les travaux les plus judicieux en matière de performance énergétique suivant leur bien : des éco-artisans, des professionnels de la performance énergétique, des entreprises avec le label RGE Qualibat et des professionnels avec le label RGE « Offre globale ». Pour chaque maison, l’article détaille – avec l’aide d’un expert spécialiste en rénovation basse consommation – les travaux à réaliser et les propositions des professionnels : devis non conformes, recommandations aberrantes, parfois tarifs exorbitants par rapport à la réalité du prix du matériel (chaudière gaz à condensation, isolation par l’extérieur ou par l’intérieur, enduit…). Quant à un audit énergétique payant avec un prestataire agréé, il a été requis pour 5 maisons pour un coût allant de 900 à 1 140 € et, là encore, les résultats sont surprenants, malheureusement susceptibles de décourager des initiatives prometteuses…

  • p. 59

    Enquête  Les acheteurs essuient les plâtres

    Alors qu’un jeu vidéo peut coûter de 40 à 60 € à l’achat, il faut de la patience – et le haut débit ! – au joueur pour en profiter, car de plus en plus nécessitent de télécharger des correctifs ou « patchs » qui corrigent les bugs et améliorent les performances… et cela peut durer des heures ! La faute en est à une pratique commerciale de sortie trop précoce des nouveaux jeux, sans tests préalables. Le consommateur doit pallier lui-même ces manquements.

  • p. 60

    Fiche conso Pratique  La réglementation évolue

    Cette « consopratique » détaille les mesures de simplification des normes de la construction qui viennent d’entrer en vigueur ou le seront prochainement. En cas de travaux, mieux vaut les connaître car elles concernent l’installation électrique, le câblage en fibre et la fibre optique, le ravalement et la rénovation, l’isolation thermique, les normes techniques et le chauffage. En ce qui concerne la construction de maisons individuelles « zéro consommation », la prudence doit être de mise car les réglementations thermiques successives font grimper le prix de ces maisons et leur degré de technicité n’est pas toujours bien connue par les professionnels eux-mêmes

  • p. 61

    Fiche conso Pratique  Lunettes cassées

    Aïe ! vos lunettes sont cassées, que faire ? Cette « consopratique » vous dit comment agir. De fait, la prise en charge par l’Assurance maladie et les complémentaires santé diffère selon qu’un tiers est à l’origine de la casse ou que vous en êtes responsable, qu’il s’agisse de la seule monture, des verres, ou encore que vous avez moins de 16 ans. Toutes ces situations sont envisagées en tenant compte des nouvelles prérogatives des opticiens depuis octobre dernier.

  • p. 61

    Fiche conso Pratique  Éviter les arnaques

    Le dépannage à domicile recouvre diverses catégories d’interventions plus ou moins urgentes : évier bouché, clés perdues, dégât des eaux… autant de situations qui nécessitent de savoir se prémunir des abus de certains professionnels. Cette fiche pratique rappelle que le dépanneur doit obligatoirement fournir un ordre de réparation et un devis dès lors que le coût de l’intervention atteint 150 €, sans oublier la facture détaillée une fois les travaux terminés.

  • p. 64

    Action locale  L'assureur a la dent mauvaise

  • p. 64

    Action locale  Le compteur cafouille

  • p. 64

    Action locale  La robe perd ses couleurs

  • p. 65

    Action locale  Signatures trop vite acquises

  • p. 65

    Action locale  Le vélo ne roule plus rond

  • p. 65

    Action locale  Pas d'écrits, pas de contrat !

  • p. 66

    Enquête  L'attaque de l'auto/train

  • p. 69

      Nos meilleurs produits testés en 2016

Une question, un doute ? Contactez notre service client du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00 :
  • Adresse postale : Que Choisir / Service client - 4 rue de Mouchy - 60438 Noailles Cedex - France
  • Téléphone : 01 55 56 71 17 (Numéro non surtaxé, tarification selon l’opérateur téléphonique)
  • Fax : 01 55 56 70 91 (Numéro non surtaxé, tarification selon l’opérateur téléphonique)
  • Courriel : serviceclient@quechoisir.org ( Frais d’accès à Internet à la charge du client )
Découvrez également nos offres d’abonnement au site QueChoisir.org ! Abonnement Que Choisir
CONNEXION

Erreur

Comment retrouver votre numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné se trouve sur le film transparent d’expédition de votre mensuel et dans nos courriers.

film transparent d’expédition de votre mensuel
Je n’ai pas de compte, je souhaite m’abonner.